View More Images

La Piste d'Izu

Duration

7 Days , 6 Nights

Activity Level

Start / Finish

Tokyo / Mishima

Technical Level

Une randonnée à travers un parc géologique spectaculaire !

La Piste d’Izu est une exploration, avec accompagnateur, de la fascinante péninsule d’Izu qui offre des très belles marches le long des pistes côtières et forestières. Une pléiade de curiosités nous attend telles que des formations géologiques exceptionnelles, des plages magnifiques, des cascades, des proses de littérature ou encore des évènements qui ont changé le cours de l’histoire du Japon. Ce circuit unique est parfait par des nuitées dans de superbes hébergements idéalement situés, par une cuisine opulente à base de produits de la mer et enfin par de multiples occasions de se baigner dans les fameux onsen, ces bains de sources thermales typiquement japonais.

Circuit réalisable toute l’année

La piste d’Izu est un circuit, avec accompagnateur, accessible à toute personne qui est un randonneur occasionnel et qui peut marcher plus de 3-4 heures par jour sans difficultés. En règle générale, les pistes ondulent avec douceur mais comprennent également des montées et descentes plus raides sur de courtes distances.
 

izugeo_sidelogo_color

 

C’est un itinéraire de 7 jours et 6 nuits qui commence à Tokyo et se termine à Mishima. Nos hébergements durant le circuit sont des hôtels ou des auberges à la japonaise. Le caractère intimiste du circuit limite le nombre de participants à 12 personnes. A l’inverse, il n’y a pas de nombre minimal de participants à atteindre pour que le circuit soit confirmé. Si nous acceptons une réservation, nous garantissons que le tour aura lieu.

 

La Piste d’Izu explore la péninsule d’Izu, une des zones géologiques les plus particulières au monde. Bien qu’elle soit située à seulement 150 km de la mégalopole géante de Tokyo, Izu, avec sa topographie distinctement différente et son climat similaire à celui d’une ile subtropicale, offre un contraste saisissant avec la capitale.


 

Izu fut créé par les forces tectoniques qui continuent encore de façonner l’archipel nippon de nos jours. Il y a environ 20 millions d’années, l’activité volcanique sous-marine a créé une masse terrestre qui, sous l’effet de la poussée de la plaque de la mer des Philippines contre la plaque Eurasienne, est entrée en collision avec Honshu, l’ile principale du Japon. Cette poussée, qui a créé la péninsule, est toujours active de nos jours. La topographie de cette ancienne ile, maintenant une péninsule, portrait les forces de la nature les plus primitives trouvées sur la Terre : Izu est bouillonnante d’une activité séismique et géothermique importante, truffée de volcans et taillée par les rivières et la mer. Izu a été constamment refaite et remodelée, donnant naissance à un trésor géologique fascinant qu’il nous appartient d’explorer et d’apprécier.

 

La piste d’Izu serpente vers le sud, suivant la cote Est de la péninsule et son épine dorsale montagneuse jusqu'au cap d’Irozaki, sa pointe méridionale, avant de repartir vers le Nord, en longeant cette fois-ci la cote Ouest jusqu’à Shuzenji, une charmante bourgade riche en sources thermales et à l’atmosphère si particulière. Les eaux bleu-cobalt de l’océan Pacifique entourent presque complètement Izu et fournissent un arrière-plan idéal à une cote tourmentée à la beauté sauvage, faite de baies et de précipices profonds.

 


Des falaises symétriques faites de colonnes basaltiques, formées par de la lave rapidement refroidie, dominent l’océan ; l’océan a, à son tour, érodé les crevasses dans les falaises et sculpté des grottes marines où se forme un écho avec le son des vagues déferlantes. Dans les criques, de minuscules villages de pêcheurs, évoquant des temps plus tranquilles, vivent sous le regard de sanctuaires anciens, construit à la fois pour les protéger des forces de la nature mais aussi pour témoigner de la gratitude des populations locales pour toutes les richesses apportées par la mer.

 

Au sein des terres montagneuses et forestières de la péninsule, un nombre incalculable de sources naturelles fournit un approvisionnement continu d’eau pure qui s’écoule par de nombreuses cascades, à travers gorges et vallées, jusqu’à la mer. Dans les montagnes, l’eau nourrit le wasabi, ce raifort vert qui forme une alliance gustative sans pareille avec les poissons et fruits de mer d’Izu. Les étendues marines autour de la péninsule varient entre des eaux peu profondes le long du littoral et des profondeurs pouvant aller jusqu’à 2,000 mètres ou plus ; elles fournissent ainsi un environnement propice à une faune marine variée et abondante. Sans surprise, les produits de la mer sont une composante incontournable des habitudes alimentaires locales, à tel point qu’il nous est impossible de recommander La Piste d’Izu aux personnes qui ne les apprécie que très peu. Pour les amoureux de poissons et de crustacés, Izu est un véritable paradis et nous dégustons tout au long de notre itinéraire les poissons les plus frais disponibles ! Suivant la saison, nos repas peuvent inclure des crabes-araignées, des calamars, du homard, des dorades et beaucoup d’autres espèces. Tous nos hébergements, dont la majeure partie siège au bord de l’océan, possèdent leurs propres sources thermales, les onsen, qui offrent, chaque soir, un instant parfait de détente et de relaxation avant notre festin gastronomique quotidien.

 

La péninsule a été immortalisée dans la nouvelle écrite par Yasunari Kawabata, la Danseuse d’Izu. L’auteur, qui a été le premier écrivain Japonais à recevoir le prix Nobel de littérature en 1968, nous offre une fiction basée sur sa propre expérience de jeunesse, celle de tomber amoureux d’une jeune danseuse itinérante au cours d’un voyage à travers la péninsule ; d’ailleurs, notre trajet coïncide parfois avec la route suivie par Kawabata lui-même.

 

Izu est également célèbre au Japon pour les évènements historiques majeurs qui se sont produits à Shimoda, à la pointe Sud de la péninsule. En 1854, l’amiral Perry y est arrivé avec sa flotte de vaisseaux noirs, les fameux kurofune, et a forcé le Japon à ouvrir ses ports au commerce avec l’étranger. Ce véritable choc initia le processus qui amena la chute du shogunat en 1868 et propulsa le Japon vers une modernisation et une industrialisation rapides. Nous visitons Shimoda, une petite bourgade bien tranquille de nos jours ; ses rues charmantes ne donnant aucun indice du chaos qui y fut déclenché autrefois.

 

Pendant La Piste d’Izu, nous nous aventurons dans certains des plus beaux paysages de la péninsule et, par temps clair, nous profiterons des vues époustouflantes sur le Mt Fuji. Nous nous rencontrons à Tokyo et voyageons ensemble en train jusqu’à Izu Kogen, où nous embarquons à bord d’un véhicule privé qui restera avec nous pendant une grande partie de notre voyage, jusque Shuzenji où notre randonnée prend fin. Le circuit se termine lui à Mishima le matin du jour 7, après un transfert optionnel depuis Shuzenji.

 

C’est une randonnée accessible avec une distance de marche variant de 4 à 12 km par jour sur un terrain plus ou moins difficile. Notre parcours suit principalement des chemins forestiers et des sentiers de montagne accidentés, incluant des montées et des descentes plus raides. Il faut souligner cependant que notre allure est tranquille et facilement modulable et qu’il n’y a aucune nécessité de se précipiter dans les montées.

 
La piste d’Izu est un circuit qui commence à Tokyo et qui se termine à Mishima ; il n’inclut pas les transports terrestres ou aériens en amont et en aval. Avant votre séjour, Walk Japan fournira des instructions détaillées vous expliquant comment se rendre au lieu de rendez-vous à Tokyo depuis l’aéroport international du Kansai (KIX) à Osaka, ainsi que l’aéroport international de Narita (NRT) et l’aéroport d’Haneda (HND) tous les deux situés à Tokyo. Notre destination finale, Mishima, offre un accès pratique vers Tokyo, Kyoto et de nombreuses autres régions du Japon en train. Votre accompagnateur sera à votre disposition pour vous conseiller et vous aider à acheter vos billets de train.


 

Jour 1 Tokyo – Jogasaki Kaigan – Atagawa Onsen


Le programme commence à 09h00 à la gare de Tokyo, où l’accompagnateur vous attendra à la sortie Nihonbashi. Ici, nous embarquons à bord du train express Odoriko à destination d’Izu Kogen. Environ une heure après avoir quitté Tokyo, nous atteignons l’océan Pacifique. A partir de cet instant, la mer devient un arrière-plan constant durant une grande partie de notre trajet, si ce n’est du circuit dans son ensemble. Nous arrivons à Izu Kogen vers midi et nous visitons un musée géologique modeste, situé juste à coté de la gare, et qui nous fournit une présentation générale de la péninsule, avant de commencer notre première marche.


 

Nous traversons un quartier résidentiel et arrivons rapidement à un petit port, le Joseki Kaigan, où les pécheurs et les plongeurs aiment se rassembler. Cette belle mais tourmentée ligne côtière, composée de baies et de promontoires en colonnes basaltiques vertigineuses, a été formée il y a plus de 4000 ans par des coulées de lave provenant du Mt Omuro, un volcan maintenant en sommeil. Au sommet des falaises, les pins battus par le vent constituent un paysage classique de l’art traditionnel japonais. Le sentier accidenté que nous prenons suit la cote, traversant une passerelle élégamment suspendue entre deux avancées rocheuses donnant sur la mer. Nous profitons d’une autre avancée sur la mer, offrant un panorama grandiose sur l’ensemble de la cote et sur l’océan, pour grignoter notre pique-nique.

 

Notre marche du jour est accompagnée par la mélodie des vagues venant s’écraser contre les falaises rocheuses et résonnant dans les grottes marines. Nichiren, l’un des moines bouddhistes les plus influents du Japon, fondateur de la secte qui porte son nom, débarqua ici pendant son exil en 1261. Son exil nous rappelle que, si notre voyage jusqu’ici fut aisé, la péninsule d’Izu était encore, jusqu’à assez récemment, une région isolée et inaccessible.


 
Nous prenons un taxi jusqu’à notre hébergement pour la nuit, un hôtel perché au sommet d’une falaise, doté de son propre onsen de plein air avec une vue à couper le souffle sur l’océan Pacifique. Nous dégustons ensuite à notre hôtel le premier des somptueux diners qui nous attendent tout au long de notre expédition.

 

Hébergement : hôtel avec son propre onsen.
Repas inclus : diner.
Distance de marche : 4,5 km / 3 heures..
Dénivelé, gain net : 126m.

 

Jour 2 Atagawa Onsen – Amagi Highland – Kawazu


Après le petit déjeuner, nous prenons un taxi vers les hauts plateaux d’Amagi, situés au milieu de la chaine de montagnes qui sert d’épine dorsale à la péninsule d’Izu. Une ancienne route longeant cette chaine de montagnes mène au port autrefois stratégique de Shimoda, situé près du point le plus au sud de la péninsule. Notre marche suit en grande partie le tracé de cette ancienne route.

 

Notre randonnée commence par une montée facile au travers d’une forêt vierge peuplée d’hêtres et nous amène à Hachiko-Ike, un étang agréable tout au long de l’année mais qui devient tout particulièrement charmant quand il est entouré des feuillaisons d’automne. De là, notre descente, parfois abrupte et sur terrain accidenté, nous amène dans un lieu empli d’une atmosphère assez particulière : le tunnel d’Amagi. Ce tunnel, construit en 1904 avec une pierre caractéristique de la région, est long de 445 mètres et permet de contourner une section très difficile de l’ancienne route, rendant la traversée des hauts plateaux d’Amagi beaucoup plus accessible. Le tunnel a également été rendu célèbre au Japon par Yasunari Kawabata, prix Nobel de littérature, qui le cita dans sa fameuse nouvelle semi-autobiographique, La danseuse d’Izu.


 

Un court trajet en véhicule, qui inclut une descente assez inhabituelle via un captivant pont en forme de spirale, puis nous amène à Kawazu et à notre hébergement. Une chose à ne pas manquer ce soir est le onsen en plein air, situé juste sous une cascade ! C’est tellement rare que notre auberge et ses bains ont même figuré dans de nombreux films et productions japonaises. Après un moment de détente et de relaxation dans les eaux volcaniques revitalisantes du onsen, nous dégustons notre diner, qui est servi avec convivialité par le personnel de l’auberge.


 

Hébergement : auberge moderne à la japonaise avec son propre onsen.
Repas inclus : petit déjeuner, déjeuner et diner.
Distance de marche : 9 km / 5 heures.
Dénivelé, gain net : 449 m

 

Jour 3 Kawazu – Kawazu Nanadaru – Shimoda – Iritahama


Aujourd’hui, notre route suit les pas du héros de Kawabata. Devenant tantôt un sentier difficile, tantôt une piste de montagne ou encore parfois un chemin pavé, le chemin est généralement en descente et assez facile à négocier. Nous passons les Kawazu Nanadaru, les sept cascades de Kawazu, ainsi qu’une gorge abritant des colonnes basaltiques rocheuses similaires à celles que nous avons vu à Jogasaki Kaigan durant notre premier jour de marche. En route, nous apercevons du wasabi, le raifort vert, ici cultivé dans des parcelles continuellement irriguées par l’eau de source. Le wasabi est un ingrédient essentiel à la cuisine japonaise et Izu est connue pour produire le meilleur du pays.


 

A la fin de notre marche, nous déjeunons dans un petit restaurant qui sert de délicieuses soba, des nouilles de sarrasin qui sont un plat populaire parmi les Japonais. Ici, nous utilisons des planchettes en bois couvertes de peau de requin pour moudre notre propre wasabi, de production locale, en une pate que nous allons ensuite répandre sur nos soba.
 

Nous continuons en taxi vers le sud, jusque Shimoda. Shimoda est la ville où l’isolement du Japon vis-à-vis du monde extérieur fut rompu de force, menant à la fin du shogunat, à la fin de la période Edo (1603-1868) et à la restauration de l’empereur Meiji.

 

En route, nous faisons un bref arrêt à Shirahama, une plage étincelante de sable blanc, et son sanctuaire shinto vieux de 1200 ans. La porte du sanctuaire, nommée torii en Japonais, se tient telle une sentinelle solitaire faisant face aux vents marins et aux vagues déferlantes. Elle est à la fois un symbole de la protection divine offerte par le sanctuaire mais aussi de la communion avec les océans. Les surfeurs locaux ne semblent pourtant pas lui accorder une grande attention.


 

Nous nous promenons dans Shimoda, nous aventurant dans son port et ses petites ruelles. Nous visitons également le temple Gyokusen-ji, la maison de Townsend Harris qui fut le premier consul américain au Japon. De nos jours, Shimoda est une petite bourgade bien tranquille ; son temple et les rues environnantes ne donnent aucun indice permettant de deviner les évènements historiques qui s’y sont déroulés, il y a presque 160 ans. Ce soir, notre hébergement est une auberge moderne et confortable qui fait face à Iritahama, une autre plage de sable blanc populaire chez les surfeurs. Notre journée se termine par un bain dans le onsen suivi par un diner somptueux à l’auberge.


 

Hébergement : auberge moderne à la japonaise avec son propre onsen.
Repas inclus :petit déjeuner, déjeuner et dîner.
Distance de marche : 5km / 3 heures.
Dénivelé, gain net : -

 

Jour 4 Iritahama – Toji – Cape Irozaki – Matsuzaki


Avant de se mettre à table pour le petit déjeuner, nous vous recommandons vivement une petite balade sur la magnifique plage de sable fin juste à notre porte ! Aujourd’hui, un véhicule privé est avec nous toute la journée alors que nous continuons notre voyage vers la pointe sud de la péninsule et que nous poursuivons vers le nord en longeant la cote Ouest. En route, le paysage se transforme : les plages de sables fins et les baies se métamorphosent en falaises accidentées et abruptes avec la mer rugissante à leurs pieds.

 

Nous marchons confortablement ce matin, le long d’une piste côtière qui nous permet d’admirer plusieurs sites géologiques uniques de la région. A Toji, nous visitons une impressionnante grotte marine, où le toit en roche s’est effondré, créant ainsi un espace à ciel ouvert de plus de 50 mètres de diamètre. A proximité directe, nous trouvons une longue pente de sable qui est très populaire auprès des enfants comme des adultes locaux pour faire de la luge ! Nous continuons sur la piste côtière qui longe le littoral et traversons une forêt avant d’arriver à une magnifique plage au sable blanc immaculée.

 

Nous retournons à notre véhicule avant de nous arrêter à un petit port coquet pour continuer notre marche vers le cap d’Irozaki. La pointe sud de la péninsule d’Izu nous offre un point de vue impressionnant et est aussi le refuge d’un sanctuaire shinto perché sur l’une de ces falaises, loin au-dessus des eaux de l’océan Pacifique.


 
Notre véhicule nous emmène à Matsuzaki, une petite ville charmante connue pour ses nombreuses constructions d’époque dont les toits sont faits des traditionnelles tuiles noires en argile et ornées de motifs décoratifs en plâtre blanc. Notre hébergement ce soir est une charmante auberge à la japonaise avec onsen. Nos hôtes sont particulièrement accueillants et redoublent d’efforts pour nous offrir une superbe cuisine locale pour le dîner.

 

Maintenant que nous sommes arrivés sur la cote Ouest d’Izu, avec un peu de chance, nous devrions pouvoir admirer de spectaculaires couchers de soleil sur l’océan !

 

Hébergement : auberge moderne à la japonaise avec son propre onsen.
Repas inclus : petit déjeuner, déjeuner et dîner.
Distance de marche : 4.2km / 2h30.
Dénivelé, gain net : 156 m.

 

Jour 5 Matsuzaki – Dogashima – Arari – Dogashima


Un court trajet en taxi nous amène à Dogashima, où nous commençons la marche du jour le long d’une cote composée de superbes falaises érodées. Notre chemin nous emmène sur les hauteurs, au-dessus des falaises, puis vers le niveau de la mer, traversant plusieurs baies abritant des communautés de pécheurs, avant de finalement arriver à Tago, une petite ville de pécheurs bien tranquille. Selon la météo, pour le déjeuner, soit nous pique-niquons sur les quais soit nous allons déguster des nouilles soba au sarrasin dans un restaurant tout proche.

 

Depuis Tago, nous suivons un ancien chemin qui commence par une montée depuis des champs d’aloé vera et continue au travers des bois, jusqu’à un haut plateau qui surplombe la baie de Suruga. Si la météo le permet, on peut ici admirer la présence imposante et élégante du Mt Fuji qui domine le paysage. Enfin, une descente au travers de forêts verdoyantes nous emmène jusqu’à un autre village paisible de pécheurs où un taxi nous conduit à notre hébergement pour la nuit. Notre diner est, de nouveau, un festin de produits locaux.

 

Hébergement : hôtel avec son propre onsen.
Repas inclus :petit déjeuner et dîner.
Distance de marche : 12 km / 6 heures.
Dénivelé, gain net : 570 m.

 

Jour 6 Dogashima – Mt. Daruma-san – Shuzenji


Après le petit déjeuner, nous prenons le temps d’explorer Dogashima à notre rythme. Au milieu des falaises battues par les éléments, on trouve un tombolo, un bras de terre de 200 mètres de long généralement englouti par les eaux mais qui émerge quand la mer se retire. Ce tombolo, qui commence depuis la plage juste au pied de notre hôtel, nous permet de rejoindre une petite ile à marée basse.

 
Nous visitons une entreprise familiale fabriquant du katsuobushi, des flocons séchés de bonite, qui sont très fréquemment utilisés dans la cuisine japonaise. L’entreprise que nous visitons est l’un des derniers producteurs artisanaux de katsuobushi du Japon. Il faut dire qu’il faut six mois de travail intensif pour produire les dits flocons !


 

Nous prenons un véhicule pour rejoindre les hauts plateaux du centre-ouest d’Izu à temps pour le déjeuner et notre marche de l’après midi. Tout au long de l’après midi, des vues panoramiques du Mt Fuji nous accompagnent, surtout quand nous atteignons le sommet du Mt Daruma, un volcan éteint culminant à 928 mètres. Nous redescendons vers notre véhicule pour rejoindre la huppée Shuzenji, une petite station thermale située au milieu des terres de la péninsule. Shuzenji n’est pas pourvue des mêmes vues sur la mer auxquelles nous sommes habitués jusqu’à présent mais elle nous dédommage largement par son cadre élégant et par le caractère exceptionnel de notre hébergement pour la nuit : une auberge historique à la japonaise, fondée il y a plus de 160 ans, et désignée « Propriété Culturelle Importante » par le gouvernement japonais ! Au fil des années, cette auberge a accueilli de nombreux écrivains et artistes, parmi les plus connus au Japon, venus ici à la recherche de l’inspiration.

 

Notre auberge est un exemple classique du fameux ryokan japonais avec son architecture d’époque ravissante et ses jardins japonais à explorer. Ses onsen sont un véritable plaisir tandis que notre dîner est un festin à la hauteur de nos attentes pour notre dernier repas ensemble pendant le circuit.

 

Hébergement : auberge à la japonaise avec ses propres onsen.
Repas inclus :petit déjeuner, déjeuner et dîner.
Distance de marche : 7 km / 3 heures.
Dénivelé, gain net : 287 m.


 

Jour 7 Fin du tour


Apres le petit déjeuner à notre auberge, nous nous rendons à la gare de Mishima où le circuit prend fin. Depuis Mishima, il est facile de prendre le train jusqu’à Tokyo, Kyoto ou toute autre région du Japon. Votre accompagnateur sera à votre disposition pour vous conseiller et vous aider à acheter vos billets de train.

 

Hébergement : -
Repas inclus :petit déjeuner
Distance de marche : -
Dénivelé, gain net : -

 

Cet itinéraire peut être amené à être modifié.

 
La Piste d’Izu est un circuit qui commence à Tokyo et qui se termine à Mishima ; il n’inclut pas les transports aériens ou terrestres en amont et en aval.

 

Les aéroports les plus proches du point de départ du circuit, situé dans la gare de Tokyo, sont l’aéroport international de Narita (NRT) et l’aéroport d’Haneda (HND), tous les deux situés à Tokyo. L’accès à la gare de Tokyo est également possible depuis l’aéroport international du Chubu à Nagoya (NGO) et l’aéroport international du Kansai à Osaka (KIX).
-----
Depuis l’aéroport international de Narita (NRT)
Depuis l’aéroport International de Narita, vous pouvez prendre le train Narita Express qui dessert la gare de Tokyo. Le trajet coute à peu près 2 940 JPY par personne et dure environ 50 minutes.
-----
Depuis l’aéroport international du Chubu à Nagoya (NGO)
Depuis l’aéroport, la ligne de train Meitetsu vous conduit jusqu’à la gare de Nagoya d’où part le shinkansen, le TGV Japonais, qui dessert la gare de Tokyo. Le trajet coute environ 12 100 JPY par personne et dure approximativement 2h20.
-----
Depuis l’aéroport international du Kansai à Osaka (KIX)
Depuis l’aéroport, le train express Haruka vous conduit jusqu’à la gare de Kyoto d’où part le Shinkansen, le TGV Japonais, qui dessert la gare de Tokyo. Le trajet coute environ 15 970 JPY par personne et dure approximativement 3h30.


 

Votre carnet de voyage, envoyé en amont du séjour, comprend des instructions détaillées, ainsi qu’une carte, vous expliquant comment voyager jusqu’au point de départ de l’itinéraire.

 

Nous vous demandons de ne pas réserver un vol matinal le dernier jour du circuit, car le trajet entre Mishima et l’aéroport international le plus proche prend environ 2 heures.